Category Archives: Communiqué

Communiqué contre l’arrêté anti-mendicité

Le 23 juillet 2018, le maire de Gap, a pris un nouvel arrêté municipal dont l’objectif est d’éradiquer la présence de personnes en situation précaire dans les rues de la ville. Cet arrêté se donne pour motif des éventuelles questions d’ébriété ou de manque de décence. Le maire va jusqu’à invoquer ses obligations de « maintenir l’ordre public », de « garantir la liberté d’aller et venir de tous » et de prévenir les « dangers de santé publique ». Notre ville est-elle devenue une zone de non-droit ?

Le maire, qui a d’ordinaire tant de plaisir à communiquer sur les décisions qu’il prend, a passé celle-ci sous silence. En effet, cet arrêté a été pris sans concertation ni consultation des acteurs sociaux, même la presse gapençaise n’en a pas été informée. Devons-nous penser que cet arrêté a été pris en catimini et que la mairie ne souhaite pas approfondir le sujet ?

Ce type d’arrêté visant à satisfaire une minorité en cherchant à désigner quelques boucs-émissaires n’est qu’une tentative inappropriée et populiste. Je regrette que le maire se soucie plus de son image auprès de certains que du bien-être de tous ses administrés. Nous nous devons d’être forts et de régler les problèmes de fond au lieu de chercher à dissimuler la misère des plus fragiles en les excluant pendant la période la plus touristique de l’année.

Je trouve que ce type d’arrêté est bien trop réducteur. En effet, ce n’est pas de cette façon que le problème réel de la pauvreté pourra être traité dans notre ville. Il nous faut nous saisir de cette problématique dans son ensemble, sans vouloir en stigmatiser quelques uns. Pour cela nous devons nous appuyer sur le réseau associatif très actif dont nous bénéficions grâce à des organismes tel que les Restos du Cœur, le Secours Populaire, la Petite Ourse, le Secours Catholique et bien d’autres. En tant que maire, je n’hésiterai pas à faire appel à l’expertise de ces structures pour m’aider à faire en sorte que plus personne ne souffre de la précarité dans notre ville.

Je souhaite que nous puissions trouver des solutions adaptées à chacune et chacun.

La meilleure des sécurités étant l’emploi, il est également temps de se consacrer pleinement au développement économique de Gap et de son agglomération.

Avec ceux qui feraient preuve d’incivilités, je me montrerai intraitable, mais je ne confondrai jamais pauvre et délinquant ! Notre arsenal législatif actuel permet d’ores et déjà d’assurer le bien être dans l’espace public. Il n’est ainsi aucunement besoin d’un tel arrêté.

Prendre une telle mesure ne sert qu’à satisfaire quelques personnes dans un but purement électoraliste et je le condamne fermement !

Christophe Pierrel

L’Etat doit assurer la sécurité des biens et des personnes

Lors de ce week-end où notre département a connu des manifestations mal ou pas contrôlées par les forces de l’ordre, laissant place à tous les débordements possibles, l’Etat a été incapable de préserver l’ordre public. Le ministère de l’intérieur semble avoir fait des choix très discutables, sacrifiant notamment la préservation de la sérénité des Gapençaises et des Gapençais en laissant dégénérer une manifestation qui se voulait à l’origine pacifiste.

Je partage la colère du maire de la ville et sa demande pour que les services de l’Etat assurent la sécurité des biens et des personnes lors des prochaines manifestations dans la ville.

Il n’est pas admissible de laisser ainsi quelques individus s’attaquer au bien public ou à notre cadre de vie.

Je ne tolérerai jamais ces dérapages au même titre que je dénonce l’action illégale de l’extrême-droite dans nos montagnes !

Christophe Pierrel

Vente de la Providence, une opération financière où la mairie a perdu de l’argent

Le Maire de Gap aime à dire qu’il mène une gestion rigoureuse qui assure une stabilité des impôts et permet l’investissement.
 

En réalité, il prouve chaque jour que non seulement sa gestion n’est en rien rigoureuse, mais se révèle au contraire dispendieuse selon ses caprices.

De fait, jour après jour, il réduit les services à la population, et on en s’en souvient, a baissé de 10% les subventions aux associations il y a deux ans.

 
Parallèlement, par pure et simple avarice, il fait perdre de l’argent aux Gapençaises et aux Gapençais. 
 
Tout le monde le sait bien, un « radin paye toujours deux fois »…  et une nouvelle fois, il le prouve à travers l’exemple récent de la vente de la Providence.

La Ville de Gap vend ce site moins cher que ce qu’elle ne l’a acheté, après avoir fait des travaux pour héberger temporairement des services : une perte de 500 000 euros au minimum !

Hélas, les exemples se suivent et se ressemblent tous…

Après avoir repoussé les aménagements nécessaires à la diversification de la ressource en eau de la Ville, il a fait une croix sur de nombreuses subventions possibles pour alimenter la ville, et a dû en urgence dépenser près de 300 000 euros pour un aménagement provisoire en fin d’année 2017.

Ne revenons pas sur l’épisode du toit du stade nautique, dont les travaux ont été retardés, le Maire de Gap se concentrant selon son envie du moment sur les études préalables et les forages d’un hypothétique plan d’eau de minimum 4,5 millions d’euros sur un site inadapté, pollué et froid, et sur une aire d’accueil de grands voyages dont aucun scénario de relocalisation n’est envisagé!

Il faut redonner une gestion raisonnée à la Ville de Gap, et éviter d’alterner ainsi entre la disette et la gabegie !

Ces multiples dépenses inutiles pourraient être évitées par une rigueur plus importante et une vision de long terme dans les investissements. 

 
Si nous étions en charge de la gestion de la ville, nous aurions permis de faire faire de véritables économies aux Gapençaises et aux Gapençais, sans rogner sur les services et les subventions !
 
C’est ainsi que nous voyons une véritable gestion rigoureuse de l’argent des citoyens. 
cleardot.gif

Christophe Pierrel rejoint le conseil municipal de Gap

Je serai très prochainement Conseiller Municipal d’opposition à Gap, et siègerai donc au prochain conseil municipal qui aura lieu le 20 avril.
Je porterai, dans le cadre de ce mandat, une opposition constructive pour soutenir les Gapençaises et les Gapencais dans leur volonté de promouvoir une autre vision pour leur ville. Cette nouvelle responsabilité va me permettre de prendre part plus directement à la gestion de la ville et de porter la construction d’un projet municipal avec toutes celles et tous ceux qui ont rejoint la démarche d’ « Ambitions pour Gap ».

Je vous rappelle que les séances du conseil municipal sont publiques et je vous invite à venir y assister nombreux.

Christophe Pierrel, Président d’Ambitions pour Gap.

Privatisation du contrôle du stationnement payant sur voirie : Gapençais, vous allez payer…

Nous avons pris le temps de lire l’appel d’offre en procédure adaptée publié par la mairie concernant le contrôle du stationnement payant et nous nous devons de jouer notre rôle d’alerte pour que les Gapençaises et les Gapençais mesurent bien la décision inadaptée que prend le maire. 

Au préalable, nous nous interrogeons sur l’intérêt de la privatisation de ce service confié jusqu’alors à la Police municipale et aux agents de surveillance de la voie publique et du cout supplémentaire que cela va engendrer pour la commune pour rémunérer l’entreprise chargée du contrôle.

Contrairement à ce qu’il affirme, il y aura bien une « carotte » pour l’entreprise qui gérera ce service pour le compte de la municipalité. Cette carotte, c’est le portefeuille des Gapençaises et les Gapençais !

Dans le bordereau de prix unitaire joint à l’appel d’offre, la méthode choisie apparait clairement : l’entreprise sera rémunérée à travers une part fixe et une autre variable selon le nombre de verbalisations et de réclamations traitées… de quoi inciter à « faire du chiffre » au risque de se retrouver dans la situation de la ville de Paris dont l’entreprise gestionnaire a généré plus de 50 000 fausses verbalisations ?

Un autre système plus vertueux, plus intelligent et déconnecté du nombre de PV , aurait consisté à rémunérer l’entreprise qui remportera le marché sur l’évolution des revenus des horodateurs et non des verbalisations. 

En effet, si celle-ci remplie correctement ses missions, les automobilistes devraient être amenés à à payer plus régulièrement leur stationnement et non à être plus souvent verbalisés.

Les profits ne sont pas la finalité de la verbalisation. Il s’agit d’un acte pédagogique ! 

Nous regrettons une nouvelle fois qu’une décision de cette nature ne soit pas discutée en Conseil municipal ainsi qu’avec la population. La méthode est regrettable et les conséquences seront une nouvelle fois assumées par le portefeuille des Gapençaises et des Gapençais.

Il existe pourtant d’autres solutions et nous les porterons !

Christophe Pierrel 
Ambitions pour Gap !

Lettre adressée par Christophe Pierrel au Président de l’association des vitrines de Gap à l’occasion de l’assemblée générale

Gap, le 27 février 2018

Lettre à Monsieur le Président de l’association des Vitrines de Gap,

Monsieur le Président,

Vous tenez ce soir votre assemblée générale et je souhaitais vous adresser, ainsi qu’à l’ensemble des commerçants, ce message.

Je tiens à saluer l’action des commerçants, et en particulier de vos adhérents, qui se battent chaque jour pour faire vivre leur activité et plus largement cette partie de notre ville qui participe au bien-vivre que nous appelons tous de nos vœux.

Nous le constatons chaque jour, les décisions prises hier pèsent lourd aujourd’hui sur les commerçants du cœur de ville.

Le développement à grande vitesse et sans règles précises des grands centres commerciaux il y a plusieurs décennies a fortement fragilisé notre centre-ville.

Nous payons actuellement le manque d’anticipation des décideurs et la recherche de la facilité des bénéfices fiscaux à court terme.

Hélas, de nouvelles décisions sont prises actuellement par la municipalité qui risquent de fragiliser, voire achever définitivement l’activité des commerçants que vous représentez en partie.

A travers le Plan Local d’Urbanisme (PLU) voté au Conseil municipal, c’est bien le centre-ville qui est la première victime.

Aucune stratégie de mobilité, de transports en commun, de parkings relais ou de nouveaux accès n’est développée dans le document élaboré par le maire.

Vous connaissez comme moi les difficultés que nous rencontrons aujourd’hui pour circuler et se garer dans la ville. Les prévisions d’augmentation de la population vont donc augmenter mécaniquement le nombre de véhicules, d’embouteillages et de manque de places de parking !

Le PLU propose d’éclater toujours plus l’habitat, ce qui aura pour conséquence d’éloigner les Gapençaises et les Gapençais du commerce et des services de centre-ville, sans parler des conséquences environnementales.

Les habitants de ces nouvelles constructions ne viendront sans doute plus faire leurs achats au centre-ville et préféreront la proximité et la facilité des centres commerciaux.

Tous les Plans Locaux d’Urbanisme imaginés dans les autres villes de France prévoient de densifier le cœur de ville et sa proche périphérie tout en organisant la mobilité et les transports sur le territoire. En rendant de nombreux terrains constructibles dans des zones isolées et en ne menant pas une politique active de rénovation du centre-ville et des logements qui s’y trouvent, le maire risque d’inciter les locataires mais aussi ceux qui veulent accéder à la propriété à le quitter. Nous risquons de voir le centre se paupériser de manière importante avec pour conséquence la baisse de l’attractivité des logements.

Malgré tout, ma conviction est que la mort de notre centre-ville n’est pas une fatalité !
Nous devons pour cela nous y consacrer pleinement !

C’est pour cette raison que je propose de revoir intégralement le Plan Local d’Urbanisme dès 2020 si je suis élu maire de Gap.

Je propose que soit également menée une grande réflexion sur le centre-ville, non à travers quelques solutions « rustines » mais bien en imaginant une nouvelle façon de vivre et de consommer au cœur de Gap !

Nous devons nous repenser dans l’écosystème qui est le notre, face à la concurrence d’internet et dans la complémentarité avec les autres espaces commerciaux. 

Imaginer une nouvelle façon de venir dans les commerces du centre, y trouver de nouveaux services qui répondent aux nouvelles habitudes de consommation, comme la livraison à domicile, la garde des enfants, etc. Il nous faudra mieux mettre en avant nos spécificités montagnardes, provençales, agricoles et redonner une identité à notre cœur de ville.

Surtout, il faudra en faire un lieu de vie, de culture et d’attractivité.

Bien entendu, cela méritera de mobiliser des moyens pour réaménager le centre-ville, des idées pour le dynamiser et du courage pour porter le changement.

Sachez que je serai celui qui porte cette nouvelle vision et que je souhaite m’appuyer sur l’expertise de tous les commerçants !

Monsieur le Président, je vous souhaite une bonne assemblée générale et reste à votre entière disposition pour échanger avec vous sur ces questions, car je crois qu’il est nécessaire d’avancer ensemble dans la concertation.

Avec toute ma reconnaissance pour votre travail et ce que vous apportez à la ville de Gap.

Cordialement

Christophe Pierrel

 

Discours de Christophe Pierrel lors des voeux d’Ambitions pour Gap

Chers amis,
 
je tiens à vous remercier sincèrement pour votre présence (nombreuse) ce soir.
 
Merci en particulier à Jean-Michel et Pierre-Yves pour leur investissement pour faire de cette soirée une réussite. Merci au groupe RamDam qui assure la partie musicale de ce soir et à qui je vais rapidement redonner la place ! (à moins que je me mette à chanter)

Merci aux représentants associatifs, politiques, syndicaux et citoyens, aux élus et aux chefs d’entreprises présents ce soir.

Nous sommes déjà bien avancés dans cette nouvelle année, mais je tenais à vous adresser en mon nom et au nom de toute l’association, nos meilleurs voeux.

2018 sera une année importante pour Ambitions pour Gap !

Ambitions pour Gap est une association créée il y a quelques mois et au sein de laquelle nous sommes de plus en plus nombreux. Ce mouvement est important et la force politique que nous représentons à présent doit compter dans l’avenir de notre ville.

2018 est l’année du lancement d’un travail important pour notre ville. Dès cette année, nous allons nous donner les moyens de lui redonner la place qu’elle mérite.

Vous me direz que l’échéance municipale est encore loin… et pourtant, je crois que nous aurons besoin de tout ce temps pour construire un projet innovant, crédible et partagé par tous.

Avec tous ceux qui m’entourent aujourd’hui, nous ne croyons plus en ces femmes et hommes politiques qui en quelques semaines de campagne électorale prétendent tout changer. Nous pensons que chacune et chacun d’entre-nous doit pouvoir prendre part à son destin.

Le projet que je souhaite construire avec vous devra répondre aux préoccupations quotidiennes des Gapençaises et des Gapençais.
Je veux que nous construisions ensemble la ville dont nous rêvons tous :

  • Une ville où nous ferons tout pour un développement économique favorable au travail des Gapençaises et des Gapenç Une ville où nous permettrons à nos jeunes de rester vivre chez eux.
  • Une ville où il sera possible d’investir et de créer son entreprise dans un réseau d’entraide et de conseils.
  • Une ville où circuler sera enfin facile et où les transports seront modernes et organisés intelligemment.
  • Une ville où nous prendrons plaisir à flâner au centre-ville et où nos commerçants pourront travailler.
  • Une ville où nous pourrons pratiquer tous les sports, vivre toutes les formes de cultures, profiter de la vie.
  • Une ville qui portera une grande attention aux plus fragiles, à nos personnes âgées, à nos enfants, aux personnes en situation de handicap, à ceux qui souffrent de la pauvreté.
  • Une ville qui protègera des violences et de l’insécurité.
  • Une ville qui prendra soin de son environnement et préparera la planète pour les générations futures.
  • Une ville qui offrira une chance à nos enfants en leur donnant des écoles ouvertes et modernes où ils seront heureux d’apprendre.
  • Une ville où sera assuré un service public de qualité et où les agents seront respectés pour leur travail.

Je vous propose de construire ensemble le Gap de demain, Gap dont nous serons fiers !

Pour cela, il est indispensable de libérer les énergies et de redonner la parole à tous ceux qui veulent la prendre.

Les grands objectifs que je viens de fixer doivent devenir concrets et être accompagnés de propositions crédibles.

Notre projet ne sera pas celui d’un parti politique, mais celui porté par des Gapençaises et des Gapençais de tous les horizons, de tous les âges et de toutes les sensibilités.

Il aura comme objectif de redonner confiance à chacune et à chacun d’entre-nous.

Nous travaillons dès à présent à travers des groupes de réflexion qui rassemblent experts et citoyens. Si vous souhaitez nous rejoindre, vous êtes les bienvenus !

Nous lançons également une grande consultation à laquelle je vous invite à répondre et qui sera disponible dès ce soir sur le site internet de l’association : www.ambitionspourgap.fr

Nous communiquerons auprès des Gapençaises et des Gapençais pour qu’il soit diffusé largement en distribuant une lettre dans toute la ville et en faisant circuler le questionnaire sur les réseaux sociaux et par mail.

Nous avons besoin de votre aide pour le relayer au maximum. Il est indispensable que les Gapençaises et les Gapençais s’en saisissent.

La dynamique que nous menons n’est pas une démarche individuelle qui reposerait sur ma seule personne. Nous devons la rendre la plus populaire et la plus large possible.
Nous voulons sortir des schémas traditionnels de la politique pour permettre à tous ceux qui le souhaitent d’intervenir dans la vie municipale.

En faisant la somme de nos ambitions, de nos idées, de nos rêves, nous pouvons demain rendre plus facile la circulation dans la ville ; nous aurons les moyens de favoriser le développement économique, touristique et l’emploi ; nous saurons redynamiser le centre-ville ; nous donnerons un avenir à nos jeunes qui veulent vivre à Gap.

Aujourd’hui, entouré de femmes et d’hommes engagés pour la ville, je sais que nous pourrons présenter une liste d’une grande qualité au suffrage des Gapençaises et des Gapençais pour les prochaines élections municipales.

J’en appelle à la responsabilité de tous les acteurs politiques, associatifs, citoyens, pour ne pas renouveler les erreurs du passé et pour construire dès à présent une alternative politique commune.

Beaucoup d’entre-vous me connaissent et savent que mon engagement se fait au service de la cause publique et de l’intérêt général. Mais je ne pourrais pas mener à bien ce projet pour Gap sans tous ceux qui aujourd’hui m’accompagnent au quotidien dans une équipe solide et motivée. Je les en remercie sincèrement.

Je ne pourrais pas non plus porter nos ambitions sans Emilie et sans mes enfants qui me soutiennent malgré les difficultés que la vie politique peut engendrer.

Chers amis,
Je ne peux pas imaginer Gap, ma ville, continuer à décliner lentement.

Depuis quelques années, Gap n’occupe plus la place qu’elle mérite.

Vous avez été témoins ces dernières semaines des turpitudes de la gestion actuelle de la mairie qui a pris le risque de voir s’effondrer le toit de la piscine en n’anticipant pas les travaux nécessaires et en ne fermant pas les lieux au nom du principe de précaution.

Vous avez constaté que les travaux sans cesse repoussés depuis 10 ans pour trouver une nouvelle source d’alimentation en eau ont entrainé de réelles difficultés d’approvisionnement : nous avons évité de peu la panne sèche !

Nous pourrions hélas citer de nombreux autres exemples de l’incapacité du Maire actuel à gérer Gap.
Devant ce constat, nous avons la responsabilité de proposer une alternative crédible à l’équipe actuelle.

Comme vous, j’aime Gap et je suis prêt à lui donner toute mon énergie et toute ma force.

Je crois qu’en politique il faut affirmer les choses clairement et sans se cacher. Je vous le dis ce soir : je porterais la liste que nous mènerons ensemble.

Je suis candidat pour devenir le prochain maire de Gap.

Je suis prêt à remplir pleinement cette responsabilité avec énergie, enthousiasme et envie.

Dans ces mois de travail qui se présentent à nous, il ne faudra pas se décourager ou douter.

Je crois en notre victoire car nous sommes nombreux, nous sommes nouveaux, nous sommes innovants !

Nous allons porter un nouvel espoir !

Je compte sur chacune et chacun d’entre-vous car, c’est ensemble que nous ferons à nouveau de Gap la ville de ce ceux qui y vivent et qui l’aiment.

Christophe Pierrel

Décidément l’eau est un problème à Gap….

Décidément l’eau est un problème à Gap… alors que le parking Desmichels est fermé, les Gapençais étaient invités à se rabattre sur le parking de Bonne… sauf que ce dernier, malgré le fait qu’il soit tout neuf, se trouve être en travaux, le dernier étage étant inondé !
Une partie du parking est donc fermé et le reste des places totalement saturé.
Rappelons que le parking de Bonne, réalisé à la hâte, sans réflexion globale a coûté plus de 4,5 millions d’euros et n’a qu’une seule année d’existence !