Category Archives: Non classé

Christophe Pierrel répond à vos questions

Qu’est-ce qu’Ambitions pour Gap ? Comment agirez-vous contre le malaise du personnel ? Que pensez-vous de la diffusion du conseil municipal en vidéo ? Voilà quelques unes des questions que vous avez choisi de poser à Christophe Pierrel.

Retour sur le conseil municipal du vendredi 20 avril

Mon entrée au Conseil municipal fait partie d’une dynamique globale pour faire de 2020 l’année de la mise en place d’une nouvelle ambition pour la ville.

En prenant part plus directement aux débats municipaux, nous proposons de porter un autre regard sur la ville et de tracer d’autres perspectives.

Le Maire de la ville tente de faire passer nos positions pour de la politique politicienne.

Nous ne céderons pas à ces attaques et continuerons à parler de ce qui intéresse les Gapençaises et les Gapençais : leur ville d’aujourd’hui et de demain.

J’ai l’opportunité de siéger au Conseil municipal, pour porter la parole de tous les Gapençais qui veulent voir leur ville évoluer, qui veulent avoir leur mot à dire.

La dynamique d’Ambitions pour Gap est très différente de celle vécue aujourd’hui dans notre ville. Nous voulons impliquer à nouveau les habitants dans le quotidien de leur ville et rassembler les Gapençais autour d’un projet d’avenir qui libère toutes les énergies !

Il s’agit d’une ambition collective et nous la porterons ensemble !

Lors de ce premier conseil municipal, j’ai voulu montrer que la gestion « au doigt mouillé »  du maire ne porte aucune ambition, aucune vision et n’anticipe aucun des problèmes auxquels la ville peut être confrontée. Sa simple volonté ne peut pas suffire à faire une politique pour notre ville :

  • Sur le financement du projet de la cinémathèque d’images de montagne, j’ai souligné le soutien décroissant de l’instance régionale alors que Roger Didier est Vice-Président de la région et je me suis étonné du fait que notre territoire soit si mal considéré par le Conseil régional. La subvention promise à la cinémathèque n’est pas respectée. Plus généralement, Gap n’est plus soutenue comme elle le devrait et nous le constatons chaque jour, notamment pour les usagers du TER.
  • Concernant le plan de Formation quadriennal des agents de la ville 2018/2021 : j’ai regretté qu’il n’y ait ni objectif chiffré concernant la formation des agents, ni mesures incitatives que la mairie souhaiterait mettre en place afin que les agents puissent accéder aux formations.
  • A travers les subventions versées aux associations, j’ai constaté de réelles disparités dans les attributions. J’ai interrogé le maire sur ce qui guide le choix de la somme qui est attribuée à chacune d’entre elles. J’ai demandé que des critères précis soient élaborés et communiqués, en toute transparence. Hélas, cela ne sera pas le cas avant que nous ne soyons nous-même en charge de la gestion municipale.
  • Au moment du débat sur la construction du futur parking de la Providence, j’ai constaté qu’en matière de stationnement, de transports et de mobilité le maire pratique une politique qui ne suit aucune stratégie globale pour notre ville. Le Plan de déplacement date de plus de 14 ans, il conviendrait de mener des études pour s’assurer que la construction d’un tel parking, à cet endroit, est justifiée et correspond à une stratégie globale de mobilité. L’échec du parking de Bonne nous invite à beaucoup de prudence concernant les intuitions du maire en matière de stationnement.

Par ailleurs, j’ai fait un triste constat concernant les investissements dans nos écoles. Ils ne sont clairement pas à la hauteur des besoins et la situation tend chaque jour à se dégrader. Accorder aux enfants, les meilleures conditions d’apprentissage et de bien être devrait être une priorité pour la commune.

Après ce premier Conseil municipal, je dois constater que la démocratie fonctionne mal dans notre collectivité :

  • Les délibérations du Conseil municipal sont envoyées une semaine avant. Plus de 400 pages à lire, étudier, analyser en quelques jours…
  • Le nombre de conseils municipaux est réduit au strict minimum qu’impose la loi. Il n’y a pas de volonté de débattre.
  • Les questions politiques sont abordées en toute fin de conseil, lorsque l’attention de tous est affaiblie.
  • Les délibérations sont classées par service et non par délégations, dépossédant ainsi les adjoints de leurs dossiers.
  • Les commissions n’ont aucun réel pouvoir.
  • Les attributions de subventions aux associations se font sans aucun critère.
  • Tout est décidé par le maire
  • Les grands projets sont présentés dans le Gap en Mag avant d’être mis en débat au sein de l’instance municipale…

En conclusion, je dirais que nous porterons cette voix d’opposition jusqu’aux prochaines échéances électorales, mais nous n’oublions pas que le plus important pour redonner à notre ville la place qu’elle mérite, est de construire ensemble le projet dont elle a besoin !

Pourquoi nous devrons dès 2020 réviser le Plan Local d’Urbanisme de Gap

En cette année 2018 nous fêtons un triste anniversaire… voilà 10 ans que la ville de Gap travaille à la constitution de son Plan Local d’Urbanisme.

Nouveau coup de théâtre : la préfecture des Hautes-Alpes a demandé de nouvelles modifications qui ont amené un nouveau vote ce vendredi 2 février en Conseil municipal.

Ce Plan Local d’Urbanisme reste pourtant imparfait et devra être revu dès 2020. Tout d’abord parce que la loi obligera à la constitution d’un PLU au niveau intercommunal.
Ensuite car nous devrons repenser un aménagement de notre territoire adapté à une vraie vision globale de Gap.

Ainsi, nous proposerons en 2020 un Plan Local d’Urbanisme avec :

  • une véritable stratégie de mobilité et de transports. Circuler dans Gap deviendra une priorité.
  • un grand plan de développement et de sauvegarde du centre-ville.
  • une urbanisation respectueuse de nos agriculteurs.
  • un aménagement protégeant l’environnement et qui ne se fasse pas de façon anarchique.
  • une préservation des biens publics, propriété collective de tous les Gapençais

Les Gapençaises et les Gapençais veulent mener cette réflexion collective au service de leur ville car ils croient au potentiel de Gap.
Nous travaillerons de manière concertée avec eux et en toute transparence.

Voeux

Madame, Monsieur, chers amis,

A l’occasion de cette nouvelle année, le moment de convivialité et d’échanges que je vous invite à partager aura lieu :

Le 29 janvier à 18h00
à la chambre d’agriculture 8, Ter Rue Capitaine de Bresson à Gap

Venez en famille ou entre amis 
Je compte sur vous.

Sincèrement
Christophe Pierrel

Stade nautique Gap

Rapports d’expertise sur la toiture du stade nautique

La toiture du stade nautique est dangereuse, le maire savait et assume : « Certains peuvent dire que j’ai mis les citoyens et mes salariés en danger. On peut le dire. Mais j’assume choix et mes responsabilités »

En août dernier, un premier rapport d’expertise répondait à la question suivante : « la charpente actuelle peut-elle supporter le poids d’une étanchéité complémentaire en réparation de celle déjà en œuvre ? »

La réponse de l’expert a été :« Non seulement elle ne peut en aucun cas recevoir de charge complémentaire mais elle est aujourd’hui dangereuse dans l’état. »

La piscine est pourtant restée ouverte mettant en danger le personnel, les usagers, les enfants des établissements scolaires… les experts et les techniciens municipaux n’ont pas été écoutés.

En décembre, une nouvelle expertise répond à cette même question par « le risque pour les personnes nous paraît avéré ».

Il faudra encore attendre les premières chutes de neige pour que quelques travaux soient effectués.

Depuis et malgré l’argent dépensé, rien ne semble réglé et le stade nautique continue à être régulièrement fermé au public pour raison de sécurité.

Par respect du principe de précaution la piscine aurait dû être fermée depuis l’été.
La mise en danger de la vie d’autrui est inacceptable !

Le maire nous a enfin donné accès aux deux expertises que nous publions dans leur intégralité afin de permettre aux usagers de la piscine de prendre pleinement connaissance de la situation.

Nous vous rappelons que suivant l’article L 322-1 CRPA : « sauf accord de l’administration la réutilisation des informations publiques est soumise à la condition que ces dernières ne soient pas altérées, que leur sens ne soit pas dénaturé et que leurs sources et la date de mise à jour soient mentionnées. »

Voici les rapports :

Christophe Pierrel et l’équipe d’Ambitions pour Gap vous souhaitent une bonne et heureuse année 2018 à vous et à vos proches

Neige : félicitations aux agents de l’agglomération et de l’intercommunalité

Alors que nous connaissons des épisodes neigeux conséquents sur Gap et l’ensemble du département, il nous semble important de féliciter les agents municipaux et intercommunaux pour leur travail et leur dévouement.

Bien entendu le déneigement de la ville pourrait être plus efficace mais il s’agit principalement d’un manque de moyens matériels et humains donné aux agents par la municipalité.

C’est dans ces moments que l’on constate toute l’importance du personnel municipal et intercommunal et la nécessité de leur donner les moyens de travailler.
Merci à eux !

Joyeuses fêtes de fin d’année

Christophe Pierrel et l’équipe d’Ambitions pour Gap vous souhaitent de joyeuses fêtes de fin d’année.

Nous espérons pour chacune et chacun d’entre vous le meilleur pour ces moments partagés avec vos proches. Toutes nos pensées vont vers celles et ceux qui sont dans la difficulté et pour qui ces fêtes ne sont pas un moment heureux, en particulier dans notre département à ces êtres humains qui fuient leur pays de guerre et de misère et qui affrontent le froid de nos montagnes.

Chères Gapençaises et chers Gapençais, à très bientôt pour continuer de construire l’avenir de notre ville !

La gestion de l’eau à Gap reste un enjeu majeur

La gestion de l’eau à Gap reste un enjeu majeur. Christophe Pierrel vous explique pourquoi dans cette vidéo.

En 2003, Pierre Bernard-Reymond alors maire, faisait face à une situation de sécheresse exceptionnelle. En conséquence, il avait décidé d’étudier toutes les pistes possibles pour diversifier les sources d’alimentation en eau de la ville.

En 2007, les résultats étaient connus et trois pistes étaient alors envisagées : Serre-Ponçon, la nappe de la Durance ou la nappe des Choulières.

Des travaux pouvaient dès lors être engagés pour une somme conséquente d’environ huit millions d’euros mais prise en charge à 80% par l’agence de l’eau avec des financements complémentaires possibles du Conseil régional. Gap aurait eu à apporter environ 800 000 euros pour sécuriser l’alimentation en eau de la ville.

L’augmentation significative de la population de la commune ces dernières années ainsi que celle prévue dans le Plan Local d’Urbanisme (environ 10 000 habitants supplémentaires d’ici 2032) auraient également dû être pris en compte.

Pourtant, rien n’a été fait, malgré les alertes de certains élus, des services de l’Etat ou des associations…

La situation dramatique de manque d’eau aurait pu être évitée si seulement les acteurs concernés (maire de Gap, ASA de Gap, élus champsaurins) avaient mis de côté leurs différents.

Aujourd’hui la ville est contrainte de réaliser des travaux dans l’urgence entrainant des coûts très importants. Les petites économies d’hier engendrent les grandes dépenses de demain ! Pour gérer l’urgence, ce ne sont pas moins de 400 000 euros qui vont être pris sur les deniers publics, à perte. La communication à l’excès de l’équipe municipale ces derniers jours ne suffira pas à masquer les défaillances.

Gouverner c’est anticiper. Voilà le rôle des femmes et hommes politiques : avoir le courage de prendre les décisions au bon moment.

Il faut remercier dans le contexte le Préfet et les services de l’Etat qui ont pris en charge la gestion de l’urgence. Il convient également d’être reconnaissant vis-à-vis du maire de St Léger-les-Mélèzes qui a mis à disposition ses connaissances et la ressource d’eau des Choulières. Sans leur concours, nous attendrions encore des solutions.

Gouverner c’est aussi se rendre compte de ses erreurs. Il est urgent que des travaux soient envisagés sur la piscine de Gap pour ne plus laisser des milliers de litres d’eau pas jour s’en échapper. Il est nécessaire d’annuler le projet de plan d’eau sur un site où il n’y a pas d’eau !

La situation n’est en rien réglée. Au-delà des travaux d’urgence, il faut envisager sérieusement la pérennité de sources alternatives d’alimentation ainsi qu’une politique volontariste d’économies et de préservation de l’eau dans notre ville ! Gageons que cet épisode difficile permettra à chacune et chacun d’entre-nous de réaliser que l’eau n’est pas éternelle si nous ne mettons pas toute notre énergie pour la préserver.

L'enquête a été clotûrée

Demande d’expertises concernant le stade nautique

En tant que père de famille, citoyen et Président d’Ambitions pour Gap, j’ai décidé de solliciter le maire au sujet des expertises concernant la toiture de la piscine municipale.

Voici ma sollicitation :

« Monsieur Roger Didier,

je vous contacte en tant que citoyen, mais aussi en tant que père de famille.

En effet, vous avez annoncé lors du dernier conseil municipal être en possession de deux expertises concernant le toit du centre nautique. Ces dernières indiqueraient des faiblesses importantes et des restrictions d’utilisation.
Vous comprendrez donc l’inquiétude des citoyens qui utilisent cet équipement ou des parents dont les enfants y suivent des cours dans le cadre scolaire ou extra scolaire.

En respect du livre III du code des relations entre le public et l’administration je souhaiterais avoir communication de ces documents.

Il me semble également important que vous rendiez publiques ces deux expertises afin que les Gapençaises et les Gapençais puissent, en connaissance de cause, juger des risques encourus.

Vous en remerciant.

Cordialement

Christophe Pierrel »